11694850_1017516084926870_9084406902472176992_n
Kiripi Katembo Siku
  • 36 years old
  • Date of birth: Jun 20, 1979
  • Date of passing: Aug 5, 2015
Let the memory of Kiripi Katembo be with us forever

This memorial website was created in memory of our loved one, Kiripi Katembo Siku, 36, born on June 20, 1979 and passed away on August 5, 2015. We will remember him forever.

Memorial Tributes
This tribute was added by Pierre Magny on 14th August 2015

"J'ai eu l'insigne honneur et privilège d'avoir eu Kiripi comme assistant réalisateur sur deux longs-métrages tournés au Congo KInshasa, "Viva Riva" et "Rebelle" et dans les deux cas, son titre d'assistant est parfaitement réducteur de sa véritable contribution. Il a été plutôt le grand ordonnateur de ces deux films qui n'auraient jamais été aussi aboutis sans son immense talent à tous les niveaux. En plus d'avoir le plus sublime sens du cinéma, l'oeil parfait pour les décors et les lumières, cette intuition géniale pour la distribution des rôles et cette dévotion sans limite au 7ème art, il était aussi un artiste d'une finesse absolue. Souvenirs de Kiripi qui, en plein contrôle du tournage et au-dessus de ses responsabilités, muni en permanence de son appareil photo, allait capter cette image lumineuse d'un détail de la vie à Kinshasa qui avait échappé à tous sauf à lui. Souvenirs d'un compagnon d'aventure cinématographique qui, en dehors de l'amitié qu'il nous prêtait, sa générosité aveugle, son sourire qui nous éclaire encore, il nous a donné le meilleur:  le talent artistique d'un géant..."

This tribute was added by Odile Vansteenwinckel on 11th August 2015

"Il y a eu aussi et cela, je m'en souviendrai toujours, de notre escapade loin de tout, près de Rochefort en Belgique, à cette fameuse fête des enfants ! Pour Issa !! Odile"

This tribute was added by Odile Vansteenwinckel on 11th August 2015

"Que dire, que clamer face à l'absurdité de la mort ? C'est totalement incompréhensible. Kiripi était le parrain de mon fils Issa. Il aurait fallu les voir ensemble, baignés d'amour. Liquéfiés par la tendresse.  Kiripi était celui qui m'avait soignée lorsque j'ai été moi-même atteinte de malaria et enceinte de Issa de cinq mois. Il était là au fleuve kongo quand je l'ai senti bouger dans mon ventre pour la première fois. Puis il y a eu Ostende, Avignon la Sardaigne, Bruxelles à maintes et maintes reprises. Alors, comment parler du lien entre un enfant et un homme doué d'une générosité sans fin, lorsqu'on est témoin de cela ? Comment raconter à son enfant que ce sera fini ? A partir de maintenant tout en un coup, terminé ? Comment un enfant comprend-il la fin de l'amour et le départ brutal ? Que lui dire, Avec quel langage ? J'ai eu l'extrême chance de vivre une amitié tres profonde avec Kiripi. Il était encore chez nous début juin. C'était un résistant, un grand voyageur, un artiste du monde, qui observe toutes ces choses qui manquent souvent au regard. Je me souviens de sa phrase : je suis l'eau. Comment fait-il, je me demandais souvent. Comment traverse-t-il toutes ces réalités dues à son agenda et ses mouvements continuels ? Comment se rattache-t-il à toutes ces réalités ? Kiripi en plus d'être un artiste congolais était un artiste qui défiait le monde. Il était partout, tout le temps, partout. Il avait des observations et des visions de tout. Il prenait toujours le recul. Il était d'une adaptation ahurissante. "Était ?" Est-ce-ce bien vrai ? Comment, Kiripi, allons-nous faire sans toi ?? Tu nous laisse tous orphelins. Comment imaginer, imaginer seulement, que nous n'allons plus te voir ? Kiripi ! As-tu pu vraiment nous laisser là ? Kiripi je t'ai dédié mon prochain texte. Je vais t^acher d'user de puissance et surtout, tout faire pour qu'à aucun moment de la vie, je ne t'oublie. Kiripi, pour Issa !
Odile, ta chère amie."

This tribute was added by Sibia Ngayihembako on 9th August 2015

"You were more than a friend , you made me feel welcomed in your family when I came to kinshahsa. You had a kind heart and had a very promising carrier.  We are all heart broken but we know you are in better hands but for sure your memories will always be alive in our hearts and through your art. My dear brother in law"

This tribute was added by Perf Arno Luzamba Bompere on 8th August 2015

"jusque là je n'en reviens toujours pas , j'ai l'impression que c'est un reve malheureusement c'est la réalité Kiripi n'est plus .
tout au long de notre chemin amicale et artistique , notre reve était de créer un collectif  on a créer le collectif yebela tu me disais toujours  on dois marqué notre époque il faut qu'on boss dur , il faut qu'on arrive a nous prendre en charge nous meme , il faut faire quelque  chose de grand pour l'art congolais , il faut qu'on soit responsable quelques année après tu es vennu à strasbourg on a passé toutes nos soirée a parlé de ce projet de  biennal c'était un reve grandiose mais nous somme aller jusqu'au bout malgré toutes le difficulté c'était fait . j'ai encore dans ma tete le souvenir de mon dernier  sejour à kin chez toi à la maison quand on se retrouver tout le trois , toi , moi et rhunaud , tu été juste un ange kiripi en aucun jours je t'ai vu te plaindre pour quoi que c'est soit telement determiné telement tu avez de l'energie , telement tu avez de l'amour pour nous tes proche et du travail , une seul chose tu est toujours vivants dans nos coeur tes oeuvres crieront toujours ton nom préz , préz préz katex kiripi kiripi tu vivra toujours on t'aime ."

This tribute was added by Emmanuel Lupia on 8th August 2015

"J'ai pris un énorme plaisir à travailler avec toi sur un de tes films, j'ai monté des images fabuleuses. Merci de tes conseils, et je me souviens ce jours là, c'étais une leçon sur la balance de DSLR carrément que tu me donna. Repose en paix Kiripi. Tu nous laisse sous le charme de tes œuvres, fais en autant que tu le peux où tu vas. Nous les admirons quand le moment viendra pour nous de te rejoindre. Adieu Katex. Adieu Kiripi tout sourire."

This tribute was added by Cedrick Nzolo on 8th August 2015

"je ne sais pas quoi dire , tu revenais a peine et on avait planifié de nous rencontrer mais juste avant ,tu part sans rien dire comme ça . nous avons monté une biennale avec des difficultés mais avec l'aide de Dieu nous l'avons fait et tu pars comme ça ... Laisse nous garder ton nom dans nos memoires"

This tribute was added by Qudus Onikeku on 7th August 2015

"We really lost someone. I first met Kiripi Katembo in Kinshasa while I was working with the Viva Riva team in 2008. And since then we've crossed path during various encounters around the world. (Un regard) This particular collection of his blew me away, I was opportune do to see its exhibition in Avignon in 2013.

In 2014 he began a biennial in Kinshasa in which I was invited to participate, but my busy schedule have me only sending in some of my works, but couldn't be there physically, Sithabile Mlotshwa have just sent us all a mail few weeks ago, to tell us about all the beautiful plans in the pipeline. It was with great sadness I read another mail from her announcing Kiripi's demise, it is indeed a blow.

Kiripi is a young man full of life, full of ideas and full of smiles, he is an epitome of the vibrancy I feel in Kinshasa each time I visit this city, he belongs to one of the best minds of my generation both in Africa and elsewhere, his works have a strong presence on the human psyche.

Adieu brother, Mbote papa, sleep well, now you know what we all don't know, you have crossed to the unknown, your works will surely outlive you. Bon nuit.

Q."

This tribute was added by Kryssiano Ekwa on 7th August 2015

"KIRIPI,
Oui c'est à toi que je m'adresse, je sais, soit je ne sais pas que tu peux ou pas me lire... Mais je fais un voeu, un voeu que j'y crois de tout mon coeur, "Je souhaite que tu me lises", que tu me lises vraiment!!!
Enfermée, coeur brisé, toute en larmes, je suis éparpillée, je ne sais par où commencer, je ne sais quoi dire exactement et quoi laisser... J'ai envie de tout dire, de tout écrire et ça avec les moindres détails. Kiripi j'étais été fan de toi avant qu'on devienne amis, et on est devenu amis, tu m'avais prouvé une fois de plus combien je devrais encore être fière de toi et de t'avoir comme ami... Kiripi, kiripi lis moi s'il te plaît, je veux que tu comprennes combien tu me manques déjà, combien tu as crée un vide dans mon coeur, combien j'ai le coeur brisé, et que tu te rende compte combien ce n'est pas facile d'accepter que tu ne décrocheras plus mes appels, que tu ne m'appeleras plus, que ton numéro ne passera plus, on ne se verra plus... pas parce que tu es en voyage à quelques kilomètres, mais parce que on dit que tu n'es plus, que tu es... ... Kiripi, tu te rend compte?
Est ce que tu sais que ça faisait exactement deux mois et 1 jour que tu m'avais donné l'idée d'une histoire que tu m'avais conseillé d'en faire un film? Du 4 juin au 5 Août que j'ai appris la plus mauvaise nouvelle qui soit... Certes, on s'était vu et revu après, tu m'avais appelé et rappelé mais je te faisais ma tête de capricieuse, que tu avais toujours su supporter... Et ça je m'en veux tellement, j'aurais pu profiter de tes derniers moments... Mais Kiripi Ata yo moko, je ne t'ai même pas encore montré le scénario, tu n'as même pas encore vu ce que ça donnait sur écrit notre histoire et tu t'es permis de faire un aussi long voyage? Tu te rappelle au moins combien j'étais tellement excitée de l'écrire qu'à mon retour je t'avais tout de suite écrit pour dire que je l'avais mise sur écrit... Kiripi tu veux une fois de plus que je ne prenne les choses en main seule? C'est DUUUUR!! ...Oui Kiripi, tu m'avais appris des choses et à faire des choses, tu m'avais aidé à me libérer des choses et tu m'avais fait comprendre des choses, j'aimerai tellement raconter toute notre amitié, nos moments de délires, nos moments de discussions avec dolet, carlo, toi et moi, toutes les fois où on a sillonné dans la ville, toutes les fois où tu étais le maître et moi ton élève sur le banc de "Kiripi School". Kiripi on s'aimait tellement, tu étais l'un parmi ceux qui m'estiment et me considèrent à ma juste valeur, tu avais su me redonner confiance en moi et tu m'avais appris à vivre pour mon compte. Toutes les fois où on ne cessait de discuter parce que tu ne voulais pas que je sois aussi  accrochée à l'internet et moi je te disais que c'est grâce à ça que je t'avais connu avant, mais malgré ça tu n'aimais toujours pas me voir dessus. Et à la longue, j'ai quand même su m'en détacher un peu.. Mais tu sais? Crois moi que c'est par ce même internet qu'on m'a contacté pour m'apprendre sur ton long et terrible voyage kiripi, tu vois le choc??? est ce que tu vois ce choc? Est ce que notre histoire d'internet était un message que tu voulais me passer??? Car je garde dans mon coeur des choses magnifiques et terribles que tu m'avais révélées grâce à nos discussions au sujet d'internet...
Kiripi la première fois que je t'avais vu en face, pour de vrai après t'avoir mille et une fois vu grâce à internet, tu étais derrière moi et le monsieur avec qui j'étais m'avait dit en te pointant du doigt, Lui c'est kiripi katembo, c'est vraiment une étoile montante, il fait des grandes choses ici à Kinshasa et ailleurs... Et ça, ça m'avait encore donné une graaaave envie de te rencontrer... Puis finalement un jour on est devenu amis... j'aimerai tant continuer mais je pense que tu gardes précieusement nos souvenirs autant que moi. Je te promets que tôt ou tard je ferai ce film, je le ferai en mémoire de toi... je te promets de bien garder tes conseils et m'en servir, je te promets de garder précieusement notre sincère amitié... Et toi, là où tu es, là où tu vas promets moi de faire des photos, des très très belles photos alors, des photos qui parlent comme toujours, réalise des films et produits. Excuses moi mais ça ne sort pas, je n'arrive pas à te dire à Dieu, malgré que je te pleure, je refuse parce que tu vis à travers tes oeuvres et dans nos coeurs à nous les tiens... tu restes à jamais alors à jamais Notre ami, frère et grande étoile montante, filante, Kiripi Katembo Siku... Je te témoignerai toujours une bonne amitié  et sincère.

Machérie Ekwa, ton amie. <3 <3 <3"

This tribute was added by adrienne altenhaus on 7th August 2015

"my dearest Kiripi, the first second I met you, I led you into trouble.  Because of me, you were arrested by the police in Kinshasa for about 5 hours and $50.  You stepped in for me and kept me from harm.  I knew at that instant the amazing friend you would always be. I cannot believe you are gone - as your face and your name stays with me every moment of the day - in all my yoga practice, in all my teaching - kiripi becomes my mantra.  I fill my heart with prayers of your return to us.  I hope you have not suffered.  I send my love to your family and loved ones.  I cherish the photos and videos I have taken of you and will share them with all who are interested.  You are a great man and a generous kind and loving friend. Your beautiful work has changed the lives of so many in the world.   Love to you Kiripi!"

This tribute was added by Rufin Mbou Mikima on 7th August 2015

"Nous nous sommes quittés la dernière fois sur la piste de dance à Beau marché. Toi et quelques amis avaient improvisé cette soirée pour dire aurevoir aux soeurs Chevalme qui quittaient Kin, le lendemain. Nous avions parlé de Dieudo et Irène que tu produisais. Je t'avais parlé des difficultés sur le film d'Irène que j'avais accompagné en écriture. J'appréciais ton travail et ton engagement, tu me le rendais bien. Nos discussions ne tournaient pas qu'autour du travail. Nous avions notre histoire à écrire, nous avions à nous nourrir des uns et des autres, de nos expériences heureuses et malheureuses. Nous avions parlé de possible collaboration. C'est là-haut certainement qu'on réunira nos forces pour faire des images du bon Dieu. Je n'ai pas eu l'occasion de te l'avouer mais ton travail "Mutations" a beaucoup influencé les prises de vue de mon documentaire "Tsofa". Tu es et tu resteras un Ami, un Frère et Modèle. Repose en paix mon Kiripi !"

This tribute was added by Ifrikia Mockê on 7th August 2015

"Il paraît qu'on est tous des passants, j'aurai voulu t'avoir encore une fois à la maison, tenir nos discussions interminables, s'effondrer de sommeil et se réveiller tout sourire reprenant notre conversation de la veille,  t'accompagner pour tes prises dans Brazza, regarder ensemble une de tes futures productions audiovisuelles, marcher main dans la main comme des gamins...  Ton passage nous semble aujourd'hui éphémère, un goût d'inachevé, mais pour moi la vie ne s'arrête pas avec la mort...  A nos prochaines discussions là-bas, où un jour on finira par te retrouver. Merci d'avoir éclairer de ta lumière ce monde de plus en plus obscure. Kende malamu, tu kokutana ndeko na ngai ! "Mwasi kitoko""

This tribute was added by Jean Bofane on 7th August 2015

"Kiripi Katembo
Ecrit le 11/05/2015

Il est impossible d’observer les photographies de Kiripi Katembo et de ne pas se poser une multitude de questions. On pourrait se demander quelle est la raison de ce capharnaüm omniprésent et pourquoi tout a toujours l’air à l’envers même lorsque ce n’est pas le cas. Selon cet artiste, à Kinshasa les objets volants – ou non – non identifiés ne seraient donc pas des aberrations ? Les silhouettes des gens qu’on y voit on l’air de reflets d’êtres, pourtant ils sont quasi palpables, on peut même ressentir ce qui les anime alors que parfois on ne discerne que leur ombre. Le spectacle que Kiripi nous offre est-il une vision d’aujourd’hui ou de demain ? Certainement pas d’hier. Même si l’on remarque sur chaque cliché comme des traces d’usure ; le genre de stigmates que l’on peut observer sur des objets ayant percuté la couche atmosphérique à grande vitesse et obligés d’affronter la chaleur extrême du frottement, de balayer sur son passage des particules de toutes sortes, de se confronter à des phénomènes physiques et chimiques, tels ces vaisseaux de retour de l’espace intersidéral.
Tout cela semble étrange mais pas tant que cela, considérant le lieu de provenance du photographe : Kinshasa. On constate que Kiripi Katembo déploie une mise scène très poussée sur ses photos. Comment ne pas y avoir recours ? Dans la capitale de la République démocratique du Congo, tout est mis en scène. Chacun dirige sa gestuelle comme il veut, chaque mot prononcé doit faire mouche, la posture que l’on adopte prend une signification essentielle. Le charisme est d’ailleurs parfois une question de vie ou de mort. Parce que, faut savoir aussi, il est né quand, Kiripi Katembo Siku ? En 1979 ? Il a vu le jour en pleine dictature mobutienne, une époque où les rejetons – même dans les familles des opposants – prononçaient Mobutu, Tututu, ou Papa bo  ! Avant de dire Papa et Maman. C’était un temps où dès l’école secondaire il fallait impérativement apprendre à corrompre le professeur avec de l’argent si on voulait éviter l’échec. C’était une époque où le mérite ne valait rien dès lors qu’on avait assisté aux pillages de septembre 91’ et janvier 93’ où on avait pu se servir comme on voulait comme un véritable ministre. Il y avait aussi ces périodes où les aînés désobéissaient à l’Etat et allaient affronter les militaires sur les boulevards lors d’émeutes qui confinaient à la guérilla urbaine, les victimes en rapport. La génération née ces années-là n’a appris qu’une chose : se battre. Contre la dictature et la mauvaise gouvernance, pour mettre la main sur l’unique repas de la journée, pour pouvoir poursuivre des études décentes, pour ne pas mourir trop brutalement d’une malaria plus vicieuse que la précédente. Mais pas que pour tout cela ; il fallait se battre pour créer, également.
Il y a eu un long boycott du Congo. A la fin de l’ère Mobutu, plus personne ne s’intéressait à ce qui se passait là-bas. Puis, après la guerre de « Libération », il y a eu cette guerre dite « Injuste », qui nous a été imposée depuis la frontière Est. Les millions de morts, la désolation de tout un peuple, le manque de tout, y compris de repères. Mais à force de tourner sur place comme une toupie déboussolée, il arrive un moment où le vertige vous accapare, et le vertige, c’est parfait pour la création artistique. Quand, sur le marché, on ne trouve plus d’instrument de musique, on fait quoi ? On en fabrique. Une boite de conserve usagée, un câble, une branche, le tout mis ensemble, suffisent, pour se faire entendre. En y branchant un microphone, le monde entier sera obligé de vous écouter. L’architecture est délabrée et couverte de moisissures ? Qu’importe ! Ce seront les êtres humains qui porteront la flamboyance de la capitale, et ce, sur leur propre corps. Ils constitueront les façades de la ville. Partout, de la Présidence de la République aux ligals , en passant par le parlement et les universités, le sens n’existe plus. Et alors ? On va en bâtir un nouveau, flambant neuf, comme on n’en a encore jamais vu sur terre, même s’il sera composé de bric et de broc. L’académisme, du coup est devenu l’attitude qu’il faut défier à tout prix. L’orthodoxie n’a jamais rien apporté au Congo. On a déjà essayé. Tout préjugé est désormais devenu obsolète. Les artistes sont, alors, obligés de se faire violence pour trouver des formes et des esthétiques innovantes. Puisque, ayant grandi dans la guerre, ils savent qu’il faut déployer une puissance de feu et un courage surhumain pour remporter une victoire. Le seul risque est de tomber au champ de bataille. Mais ne dit-on pas que, Oyo ekoya, eya ?
Alors, sur toute l’étendue de la ville de Kinshasa, les artistes s’y sont mis à outrance. Ils se sont totalement investis pour créer. En musique, de nouveaux sons sont apparus. En littérature, des écrivains sont parvenus à mettre en place une langue novatrice, une façon de s’exprimer singulière. Dans le domaine des arts plastiques, toute matière sera magnifiée à condition de se soumettre au délire d’un démiurge. Pour ce qui touche aux arts visuels, le photographe et vidéaste Kiripi Katembo se démarque très vite des précurseurs tel Jean Depara . Il s’agit d’inventer de nouveaux langages, des dialectes du futur. Ses images évoquent ce qu’il voit ; une société en proie à des turbulences, une société en mutation. On ressent constamment ce vertige évoqué plus haut mais souvent aussi, il peut ressembler à celui qu’engendre la faim. Il suffit de parcourir les avenues de Kimbaseke ou de Matete pour identifier cette même poussière présente sur chacun de ses clichés. Comparons la lueur crépusculaire qu’il capte, au coucher du soleil kinois et on comprend vite qu’ils sont pareils. Il n’est toutefois pas vain de savoir que c’est le moment le plus menaçant de la journée parce que l’astre en déclinant sifflera bientôt la fin du marathon pour la survie. Les représentations de l’imaginaire issu de la ville de Kinshasa ne sont pas toujours ce que l’on pourrait croire, alors Kiripi photographie en plongée ou en contre-plongée dans une tentative de dresser une carte pour que les choses et les situations puissent être lisibles, claires. Des rochers, du minerai de colombo-tantalite, de cuivre, de germanium, la terre elle-même, planent comme des malédictions. L’eau, omniprésente dans sa cosmogonie, reflète, n’abreuve pas, ne pourrait d’ailleurs étancher aucune soif. Elle sert de miroir à notre monde, elle suggère à la société de se regarder bien en face. Et puis, il y a cette femme parcourant dans des tons ciel de plomb et ocre une terre couverte de braises mais avançant malgré tout. Ses pieds paraissent ne pas toucher le sol, telle La Gradiva  à Pompéi, marchant au-dessus de la lave sans se brûler. Parce que Kiripi, avec poésie, joue à l’augure aussi. Il prévient que c’est facile de glisser vers ce que l’on décrit à Kinshasa comme : ko vivre na kati ya système ya lifelo  ; le système qui fait qu’on brûle mais on ne se consume pas. Il faut faire attention, rester vigilant, parce que cela peut durer une éternité si on ne prend garde."

This tribute was added by Sofie Cloet on 7th August 2015

"You inspired me and you made me laugh, merci, Sofie"

This tribute was added by Junfeng Ding on 6th August 2015

"I just can't believe this is happened so sudden! Come on, I want to come to visit you again for the next biennial in Kongo, why god took you so quickly! Left in my mind is all your kindly smile, your humbled words...... I still remember our first meet in Belgium. I didnt see much in the beginning of your installation, and all of the sudden you done! A big photography with hose in front, amazing, just more than surprise and it seems just so easy on you! We chatted and laughed a lot even through simple language, and become a close friend was also to easy!

Man, I still cant accept it! it is unfair!

All I trust is that you - my best friends, will live a better and peaceful life in the heaven!

Live ever in our heart, Kiripi!"

This tribute was added by Yama Saraj on 6th August 2015

"I am shocked and saddend by the news that Kiripi Katembo, a great artist and friend with whom I got the opportunity to work with last year during Yango Biennale in Kinshasa, has passed away. His passing is certainly a great loss for arts and culture and for the Congolese people. It is my hope that despite this great tragedy, that his vision will live on. My greatest condolences to his family, friends and the Yango team. He will be greatly missed. May his soul rest in peace."

This tribute was added by Sithabile Mlotshwa on 6th August 2015

"In loving memory of Kiripi Katembo Siku - born on 20 June 1979 - Goma, Congo-Kinshasa and deceased on the 5th of August 2015. Kiripi's words still echo at the back of my head...."Sitha, this is our time" , "our time to do something for our continent". Our friendship and partnership was born out of this belief, the belief that we could do something - to contribute something positive for our continent. This is why we joined forces to realise Yango. Despite all the challenges - Kiripi gave his all, to make a dream - Yango - into a reality. We made so many plans - and were now preparing for the next edition. We were going to meet in a few weeks - excited to do so much. He was happy, full of energy, he was full of life and had two major exhibitions coming up in France and England. Now death has stolen him, taken him away from me, away from his family, away from his loved ones. It has taken him away - away from the continent that needed his voice, away from the many wonderful things he wanted to do in this world. Death has taken away a man, a dear friend, a visionary full of life and hope for the future. Let us remember him, his laughter, his dreams, his way of life and his generosity. The death of Kiripi Katembo Siku leaves a vacuum in the cultural field and is a great loss."


Leave a Tribute:
 
LEAVE A TRIBUTE
Invite your family and friends
to visit this memorial:

Subscribe to receive e-mail notifications when others contribute to this memorial.

This memorial is administered by:

Sithabile Mlotshwa

3184 views

Have a suggestion for us?

We are waiting for your feedback!