ForeverMissed
Cette page a été créé à la mémoire de notre bien-aimé, Roger Fankam, 54 ans, né le 29 décembre 1966 et décédé le 15 mars 2021. Nous nous souviendrons de lui pour toujours.

Pour plus de photos voir le lien ci dessous
Posted by JB Simo on April 17, 2021
Mme Eulalie Fankam, les enfants et toute la grande famille de Roger, trouvez ici mes chaleureuses sympathies.

Je suis grandement reconnaissant, non seulement d'avoir connu l'être exceptionnel qu'est Roger, mais également de l'avoir eu comme ami pendant ces années critiques qui marquent le passage de la pre-adolescence à l'âge adulte.
Dès 13-14 ans, les messes du dimanche, les séances hebdomadaires de préparation à la confirmation, les innombrables discussions avec les prêtres de la paroisse St-Albert Le Grand de Tamdja, Bafoussam, la complicité à demi-mot nous ont permis de développer une amitié profonde et solide. Pendant six bonnes années, j'ai partagé au quotidien l'ancrage inébranlé de la foi chrétienne catholique dans la vie de Roger. "Aimer son prochain comme soi-même", n'était pas un credo qu'il appliquait seulement à lui-même. Il était prompt à s'insurger contre tout ce qui lui semblait être une injustice à l'égard d'un proche. Combien de fois ai-je vu l'adolescent ou le jeune adulte exprimer cette désapprobation face à un parent, un adulte ou une autorité? En 1990 par exemple, lorsque l'état du Cameroun n'octroie pas de bourse de formation des formateurs à l'ingénieur major de promotion que j'étais, Roger en fait une affaire personnelle, obligeant le député de Bafoussam à obtenir, illico presto une rencontre avec un ministre de la république et le secrétariat général du parti au pouvoir. Et cette rencontre eut lieu à Yaoundé, même si les résultats escomptés ne suivirent pas.

Roger, quel être attachant et généreux! Affectueusement, il aimait appeler ses proches "tyran", et moi de répliquer "grand tyran". À ceux qui se demandent l'origine de l'expression, c'était le nom de code que nous avions donné à son professeur de physique en 1982-1983, tellement il était sévère. En même temps, ce professeur était drôle et cela le rendait sympathique. D'où le rire accompagnant l'expression "tyran"!

Difficile de parler de Roger, sans évoquer le sens de l'honneur qui a caractérisé cet homme hors du commun. Pendant 40 ans, il a tenu tous ses engagements pris devant moi: que ce soit une une activité de plaisance, un rendez-vous à la minute précise, un service et j'en passe. Sa parole était sacrée!

Roger nous a certes quittés de vue, mais il vit à jamais dans nos coeurs! Sa vie est une source d'inspiration pour de très nombreuses personnes, dont moi.

Merci à vous, membres de sa famille, de m'avoir permis de connaître cet être exceptionnel, et d'être proche de lui.

Puisse son âme se reposer en paix et qu'il nous prépare une place auprès du créateur!

Jean-Bertos Simo
Posted by Engelbert Mephu Nguifo on April 17, 2021
Ce jour du 17 avril 2021 marque un automne dans notre vie à tous ceux présents ici à Tsélà (Bapa). Vous êtes sans ignorer qu’en automne, les arbres perdent leur feuille. Le départ de Roger, l’enfant de Djeukouo à Bapa, mon beau-frère, mon jeune frère, marque un vide sur une branche de mon arbre. Seulement en repensant au poète libanais, Khalil Gibran, qui disait :

« … . Quand tu es triste, regarde à nouveau dans ton cœur, et tu verras que tu pleures ce qui te rendait heureux. »  Khalil Gibran (poète libanais)

Oui, Roger m’a, nous a, rendu heureux, heureux en rejoignant mon arbre, heureux en rejoignant notre famille, heureux en acceptant ma petite-sœur Eulalie pour l’accompagner, dans son quotidien, pour s’accompagner mutuellement dans leur quotidien, heureux en devenant mon petit frère à un âge adulte, heureux par le nombre de branches qu’il a rajoutées à mon arbre, oui, Nadia Ashley Djoum, Rita Gabrielle, Ingrid Bernadette, Nguifo Stéphane font ma joie, notre joie dans cette peine.

Cette joie qui s’est aussi exprimée, grâce à Roger, par ma découverte d’une région à nous chère, qui met en branle l’ensemble de notre pays, oui j’ai découvert le Nord-Ouest, une région accueillante et pleines de richesses. Vous comprendrez qu’il y a fait ses premières armes au service de son pays. Oui, car Roger a suivi cette pensée de Khalil Gibran qui disait que « Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit. » Malgré les possibilités à lui offertes, il a tenu à faire ses classes dans une contrée chaleureuse, une contrée où j’ai aimé cette période de balades à travers cette région du Nord-Ouest très attachante.
Attachant, Roger, tu l’étais, tu t’es enraciné, tu t’es attaché ensuite à cette région de l’Ouest par ta perspicacité au travail dont le mérite t’a été signifié, et tu en étais fier, nous en étions et en sommes encore très fier. Les nombreuses discussions que nous avions lors de nos rencontres faisaient ressortir une qualité rare, une qualité incompatible avec le contexte professionnel dans lequel tu évoluais, oui, ton intégrité au travail, dans la vie était TA FORCE, était un guide dans tes actions, constituait le socle de l’éducation, de l’enseignement, que tu prodiguais, non simplement à ta famille proche, mais aussi à tes collaborateurs. Oui Roger, tu fais partie du BURKINA FASO du Cameroun. Tu salueras Thomas, notre héros à tous, qui a osé inventer l’avenir. Toi tu rêvais de pouvoir reformer ton administration. Comme Nelson Mandela que tu salueras aussi, tu chérissais l'idéal d'une société démocratique dans laquelle toutes les personnes vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes opportunités.

Cette idéal, cette qualité qui contredisait une anecdote ici à Bapa, qui dit que les enfants de Ndjeukouo sont très rusés, et même plus rusé que les enfants de Tsélà, les amenant même à vouloir rivaliser avec le chef traditionnel. Cette anecdote fait de toi une particularité de Ndjeukouo, car ton idéal portait sur le respect des traditions, sur le respect de ses semblables.

Cet idéal faisait écho à ta foi chrétienne, cette passion que tu avais. Oui que de fois, maintes fois, tu t’es levé à l’aube, à 5h du matin, les tiens avec, pour assouvir ta motivation intrinsèque, comme le qualifie les psychologues, je veux dire ta participation à cette messe matinale, que seule la maladie pouvait t’y faire renoncer. On y voyait ressortir cette joie matinale manifeste qui devait à fort propos illuminer ta journée professionnelle ou de repos en famille.

Famille, tu l’étais. Merci, merci à toi d’avoir tenu la main de ma jeune sœur, merci de l’avoir éclairée, merci d’avoir étendue ses, vos racines. Sœurette, les journées devront dorénavant se dessiner différemment, mais tes tiens, tes tiennes sont à tes cotés. William Shakespeare disait que : « L’esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons et que l’amitié le console. » William Shakespeare (poète anglais, 16ème siècle)
Sache que Tes familles sont là, tes amis sont là. Ensemble nous nous consolerons.

A Sylvie, A Florence, que de beaux moments passés ensemble, à Montréal, à Bruxelles, témoignant le liant entre les familles de Roger, un Homme de justice, un Homme de justesse qui avait choisi de suivre les préceptes de Martin Luther King, à savoir : « Un Homme meurt lorsqu’il refuse de défendre ce qui est juste. Un Homme meurt lorsqu’il refuse de se battre pour la justice. Un Homme meurt lorsqu’il refuse de prendre position pour ce qui est vrai ». Roger était vivant, Roger a toujours été vivant. Roger vient juste de changer son lieu d’expressivité.

Roger, il y a un mois, exactement le Lundi 15 mars 2021 au crépuscule, ton souffle a fait défaut, ton souffle s’est rompu, sur cette terre qui nous fait vivre actuellement un moment trouble. Ce souffle a cru nous séparer, mais comme le disait Birago Diop, que tu rejoins chez nos ancêtres, dans son célèbre poème Souffles, poème que tous les écoliers africains connaissent ou doivent connaître par cœur :

« Ceux qui sont morts ne sont jamais partis.
Ils sont dans l'ombre qui s'éclaire
et dans l'ombre qui s'épaissit,
les morts ne sont pas sous la terre :
ils sont dans l'arbre qui frémit,
ils sont dans le bois qui gémit,
ils sont dans l'eau qui coule,
ils sont dans l'eau qui dort,
ils sont dans la case,
ils sont dans la foule,
les morts ne sont pas morts. » Birago Diop (poète malien)

Comment croire que tu sois parti, quand autour de moi, quand autour de nous, je vois, nous voyons, Ashley, Rita, Ingrid et Stéphane, à qui tu as tant apporté, à qui tu viens de transmettre ton bâton de pèlerin sur terre. Je sais, nous savons, qu’ils sauront être dignes de multiples valeurs que tu as sues, que tu as pues leur inculquer : re-citons ici ta foi chrétienne, ton intégrité au juste, ton investissement au travail, et plus encore ton amour de la famille, de ton pays, et de ta région.
Ashley, Rita, Ingrid et Stéphane sont les fleurs du printemps, qui sauront faire resplendir l’arbre, les arbres que tu as contribués à bâtir dans ce beau pays. Nous continuerons à les guider vers cet épanouissement, nous les aiderons à rester unis, cette unité qui est la clé de voûte d’une vie paisible, d’une vie en harmonie.

Cher Roger, Madame le Maire, comme tu aimais à l’appeler, celle qui embellit mon arbre, celle qui embellit l’arbre de la famille, se joint à moi, pour te dire Merci, Merci pour tout, Merci pour ces moments de communion, ces moments de vie. Vas-y, Frangin.

A toi qui me lis à haute voix, à toi qui as fait écho en distanciel de mes pensées enfouies, à tout ce public, à toutes ces personnes de l’arbre de Roger, présentes ici à Tsèla, je te dis « Ngue Ping », « Ga Ping » (merci) pour cette mission.

Je finirais avec ces mots de Ray Charles : « Pleurer a toujours été pour moi un moyen de sortir les choses profondément enfouies. Quand je chante, je pleure souvent. Pleurer, c’est ressentir, c’est être humain. » (Ray Charles). Alors Chantons, oui Chantons pour nous, Chantons pour Roger, Chantons pour Louis Serge Mathias, Chantons pour la joie, Chantons pour être heureux, Chantons Sa chanson, comme me l’a rappelé mon monseigneur Ingrid Bernadette Wouking :

« Au ciel au ciel au ciel j’irai là-bas un jour
Au ciel au ciel au ciel j’irai là-bas un jour »

A bientôt, mon cher délégué, mon cher Roger.
Posted by Stephane FOHOM on April 11, 2021
Tonton Roger, je n'arrive pas à écrire 2 mots sur cette page en ta mémoire car je ne réalise toujours pas que je ne vais pas te revoir à mon prochain passage à Baf. Et je n'arrive pas à penser à toi au passé car tu seras éternellement présent dans nos esprits par la vie et les enseignements que tu nous as procurés.

Va et repose en paix, Passes le bonjour à nos proches partis trop tôt et prépares nous le chemin
Posted by DJOUMESSI Pascal François on April 11, 2021
Plus que des mots, tes images que j'ai retrouvées aux obsèques de ta grand-mère le 23/06/2012 sur l'esplanade de la chefferie Foréké-Dschang témoigneront d'elles-mêmes de ta proximité et de ton engagement dans ta famille. Repose en paix cher cadet et aîné de la fratrie Ma'a Atsan feue Veuve Djoumessi Mamekong Julienne. Mes sincères salutations à nos défunts qui nous ont précédé auprès de nos ancêtres.

Ton oncle maternel et successeur de Ma'a Atsan ta grand-mère.
Posted by Desire Djomani on March 28, 2021
Cher Ami et Frere,

les mots me manquent pour exprimer ma peine devant cette nouvelle. Je retiens de toi un Frere toujours present, aimant, grand conseiller et d'une integrite impeccable! Je dois avouer que mon image de l'administration Camerounaise a ete redoree suite a mes interactions personnelles et professionnelles avec toi. Va et repose en Paix Grand Soldat! Desire
Posted by Celine Banga zeh on March 24, 2021
Mon cher Grand frère tu laisse un grand vide dans notre famille que Notre Seigneur qui est Miséricordieux reçoit ton âme auprès de Lui tu étais un modèle de droiture que cet héritage soit transmis à tes descendants
Tu seras à jamais et pour toujours dans nos cœurs
Posted by Albert Hilaire Anoubon Mo... on March 20, 2021
Il y a un peu plus de 2 ans, me trouvant à Bafoussam, je devais visiter le centre de Carolle. Ayant appris ma présence sur les lieux, Roger a décidé de m'y rejoindre. Je le revoyais ainsi après plus de 30 ans et nous fîmes la visite ensemble. A la fin on s'est échangé nos cartes de visite en se promettant de garder le contact.
Il y a un peu plus de 2 mois, sur mon mur, Facebook me suggérait un ami et je me suis reconnu sur la photo. En y regardant de plus près, j'ai vu que Roger était l'ami proposé et que sa photo de profil était une photo que nous avions prise lors de la visite. J'étais particulièrement touché par ce geste et en lui demandant l'amitié sur Facebook, je me disais qu’à l'occasion je lui témoignerai de mon appréciation.
Ce 15 mars fatidique, je venais à peine de raccrocher au téléphone avec une amie qui venait de perdre son père au Cameroun des suites de Covid-19 et dont la mère, la tante, le frère et la belle-sœur en souffraient encore, que j'ai reçu deux messages m'annonçant le décès de Roger.
Je suis instinctivement reparti sur sa page Facebook, sa photo de profil, notre photo à tous les deux, s'y trouve encore. Pour l'éternité désormais. Je ne lui ai jamais dit que j'appréciais beaucoup son geste.
Posted by Stéphane Fankam on March 20, 2021
Dady your are my hero and hole model. You are a genius. Le meilleur ❤️
Posted by fanky william on March 19, 2021
Ehh tonton roger vite comme ça la qui va encore nous faire les grands discours très instructifs ?? Depuis je repasse des souvenirs en flash Tu te souviens quand on etait aller travailler avec un groupe d'agriculteurs a bamenda . Je t'ai toujours admiré pour ta détermination et ton assiduité merci pour tout et repose en paix
Posted by Tameze Albert on March 19, 2021
Roger,

Tu as été dans mon adolescence le Grand Frère qui a passe une année avec nous a Yaoundé. Mes frères et moi écoutions avec délectation les récits épiques de tes voyages.. Et bénéficions de ton Savoir, surtout en Maths ou tu étais un Crac !

Avec le tourbillon de la vie, c'est avec plaisir que nous nous revoyions, essentiellement a l'Ouest..

Tout est allé très vite.. trop vite..
Que ton âme repose en Paix.. auprès de Notre Seigneur.

Albert Nguoghia
Posted by Florence Fankam on March 19, 2021
Ro,
Tu es parti en catimini; c'est tout toi ça! Je ne peux pas y croire, je ne veux pas y croire.
Je repense à notre enfance, aux épreuves qu'on a traversées, aux joutes verbales auquelles on s'adonnait avec joie. Comme disent les anglais you were 'quirky' and 'witty'.
Ton devouement à ta famille, ton integrité professionelle et ton engagement religieux sont à admirer et célébrer.
Ton envelope corporeĺle nous a quittée mais ton esprit restera à tout jamais dans nos coeurs. Va mon frère, va rejoindre nos parents. May God bless you.
Posted by INGRID ANGELE BERNADETTE ... on March 19, 2021
Tu aimais chanter
Au ciel au ciel au ciel j’irai là bas un jour
Au ciel au ciel au ciel j’irai là bas un jour

Que ton vœux le plus chère se réalise Papoun
Posted by INGRID ANGELE BERNADETTE ... on March 19, 2021
Mon Papoun ; Ta foi , ta famille et ton travail le triangle parfait pour la réussite tu nous le disais toujours . Tu étais très particulier et très souvent incompris mais jamais tu n’as cessé d’être toi merci pour ton éducation j’espère juste qu’on sera à la hauteur de tes attentes . Je prie pour que le seigneur t’accueille dans son Royaume.
« Eh mon bishop tenez bien vos chapelets » qui me le dira encore ? « mon bishop j’étais sur la tombe de ton homonyme j’ai prier pour vous »
Qui le fera encore ?
J’essaye d’être forte pour toi et je mettrai toujours tes conseils en pratique va et repose en paix Papoun ♥️
Posted by fankam rita on March 18, 2021
Papounet tu étais un père d'une force mentale incroyable avec une dedication au travail que je n'avais vu nulle pas ailleurs. Tu nous aimais tellement et pour toi la famille était la chose la plus importante, on ne cessera de prier pour le repos de ton âme. Tu laisses un énorme vide dans mon cœur. Je t'aime mon papounet chéri va et repose en paix. Ta grand-mère comme tu aimais bien m'appeler ❤❤❤
Posted by christiane kom on March 18, 2021
Les mots me manquent. La mort dans sa lâcheté nous a encore surpris. Je te porterai à jamais dans mon cœur. Doux repos mon beau frère. Ce n'est qu'un au revoir. Beaucoup de courage à Eulalie et aux enfants.
Posted by Lily Kom on March 18, 2021
Un grand homme s’en est allé.
Un ami de Dieu et des hommes.
Ton image restera à jamais dans mon cœur.
Reçois la couronne qui est réservée aux justes
Ta belle sœur

Leave a Tribute

 
Recent Tributes
Posted by JB Simo on April 17, 2021
Mme Eulalie Fankam, les enfants et toute la grande famille de Roger, trouvez ici mes chaleureuses sympathies.

Je suis grandement reconnaissant, non seulement d'avoir connu l'être exceptionnel qu'est Roger, mais également de l'avoir eu comme ami pendant ces années critiques qui marquent le passage de la pre-adolescence à l'âge adulte.
Dès 13-14 ans, les messes du dimanche, les séances hebdomadaires de préparation à la confirmation, les innombrables discussions avec les prêtres de la paroisse St-Albert Le Grand de Tamdja, Bafoussam, la complicité à demi-mot nous ont permis de développer une amitié profonde et solide. Pendant six bonnes années, j'ai partagé au quotidien l'ancrage inébranlé de la foi chrétienne catholique dans la vie de Roger. "Aimer son prochain comme soi-même", n'était pas un credo qu'il appliquait seulement à lui-même. Il était prompt à s'insurger contre tout ce qui lui semblait être une injustice à l'égard d'un proche. Combien de fois ai-je vu l'adolescent ou le jeune adulte exprimer cette désapprobation face à un parent, un adulte ou une autorité? En 1990 par exemple, lorsque l'état du Cameroun n'octroie pas de bourse de formation des formateurs à l'ingénieur major de promotion que j'étais, Roger en fait une affaire personnelle, obligeant le député de Bafoussam à obtenir, illico presto une rencontre avec un ministre de la république et le secrétariat général du parti au pouvoir. Et cette rencontre eut lieu à Yaoundé, même si les résultats escomptés ne suivirent pas.

Roger, quel être attachant et généreux! Affectueusement, il aimait appeler ses proches "tyran", et moi de répliquer "grand tyran". À ceux qui se demandent l'origine de l'expression, c'était le nom de code que nous avions donné à son professeur de physique en 1982-1983, tellement il était sévère. En même temps, ce professeur était drôle et cela le rendait sympathique. D'où le rire accompagnant l'expression "tyran"!

Difficile de parler de Roger, sans évoquer le sens de l'honneur qui a caractérisé cet homme hors du commun. Pendant 40 ans, il a tenu tous ses engagements pris devant moi: que ce soit une une activité de plaisance, un rendez-vous à la minute précise, un service et j'en passe. Sa parole était sacrée!

Roger nous a certes quittés de vue, mais il vit à jamais dans nos coeurs! Sa vie est une source d'inspiration pour de très nombreuses personnes, dont moi.

Merci à vous, membres de sa famille, de m'avoir permis de connaître cet être exceptionnel, et d'être proche de lui.

Puisse son âme se reposer en paix et qu'il nous prépare une place auprès du créateur!

Jean-Bertos Simo
Posted by Engelbert Mephu Nguifo on April 17, 2021
Ce jour du 17 avril 2021 marque un automne dans notre vie à tous ceux présents ici à Tsélà (Bapa). Vous êtes sans ignorer qu’en automne, les arbres perdent leur feuille. Le départ de Roger, l’enfant de Djeukouo à Bapa, mon beau-frère, mon jeune frère, marque un vide sur une branche de mon arbre. Seulement en repensant au poète libanais, Khalil Gibran, qui disait :

« … . Quand tu es triste, regarde à nouveau dans ton cœur, et tu verras que tu pleures ce qui te rendait heureux. »  Khalil Gibran (poète libanais)

Oui, Roger m’a, nous a, rendu heureux, heureux en rejoignant mon arbre, heureux en rejoignant notre famille, heureux en acceptant ma petite-sœur Eulalie pour l’accompagner, dans son quotidien, pour s’accompagner mutuellement dans leur quotidien, heureux en devenant mon petit frère à un âge adulte, heureux par le nombre de branches qu’il a rajoutées à mon arbre, oui, Nadia Ashley Djoum, Rita Gabrielle, Ingrid Bernadette, Nguifo Stéphane font ma joie, notre joie dans cette peine.

Cette joie qui s’est aussi exprimée, grâce à Roger, par ma découverte d’une région à nous chère, qui met en branle l’ensemble de notre pays, oui j’ai découvert le Nord-Ouest, une région accueillante et pleines de richesses. Vous comprendrez qu’il y a fait ses premières armes au service de son pays. Oui, car Roger a suivi cette pensée de Khalil Gibran qui disait que « Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit. » Malgré les possibilités à lui offertes, il a tenu à faire ses classes dans une contrée chaleureuse, une contrée où j’ai aimé cette période de balades à travers cette région du Nord-Ouest très attachante.
Attachant, Roger, tu l’étais, tu t’es enraciné, tu t’es attaché ensuite à cette région de l’Ouest par ta perspicacité au travail dont le mérite t’a été signifié, et tu en étais fier, nous en étions et en sommes encore très fier. Les nombreuses discussions que nous avions lors de nos rencontres faisaient ressortir une qualité rare, une qualité incompatible avec le contexte professionnel dans lequel tu évoluais, oui, ton intégrité au travail, dans la vie était TA FORCE, était un guide dans tes actions, constituait le socle de l’éducation, de l’enseignement, que tu prodiguais, non simplement à ta famille proche, mais aussi à tes collaborateurs. Oui Roger, tu fais partie du BURKINA FASO du Cameroun. Tu salueras Thomas, notre héros à tous, qui a osé inventer l’avenir. Toi tu rêvais de pouvoir reformer ton administration. Comme Nelson Mandela que tu salueras aussi, tu chérissais l'idéal d'une société démocratique dans laquelle toutes les personnes vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes opportunités.

Cette idéal, cette qualité qui contredisait une anecdote ici à Bapa, qui dit que les enfants de Ndjeukouo sont très rusés, et même plus rusé que les enfants de Tsélà, les amenant même à vouloir rivaliser avec le chef traditionnel. Cette anecdote fait de toi une particularité de Ndjeukouo, car ton idéal portait sur le respect des traditions, sur le respect de ses semblables.

Cet idéal faisait écho à ta foi chrétienne, cette passion que tu avais. Oui que de fois, maintes fois, tu t’es levé à l’aube, à 5h du matin, les tiens avec, pour assouvir ta motivation intrinsèque, comme le qualifie les psychologues, je veux dire ta participation à cette messe matinale, que seule la maladie pouvait t’y faire renoncer. On y voyait ressortir cette joie matinale manifeste qui devait à fort propos illuminer ta journée professionnelle ou de repos en famille.

Famille, tu l’étais. Merci, merci à toi d’avoir tenu la main de ma jeune sœur, merci de l’avoir éclairée, merci d’avoir étendue ses, vos racines. Sœurette, les journées devront dorénavant se dessiner différemment, mais tes tiens, tes tiennes sont à tes cotés. William Shakespeare disait que : « L’esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons et que l’amitié le console. » William Shakespeare (poète anglais, 16ème siècle)
Sache que Tes familles sont là, tes amis sont là. Ensemble nous nous consolerons.

A Sylvie, A Florence, que de beaux moments passés ensemble, à Montréal, à Bruxelles, témoignant le liant entre les familles de Roger, un Homme de justice, un Homme de justesse qui avait choisi de suivre les préceptes de Martin Luther King, à savoir : « Un Homme meurt lorsqu’il refuse de défendre ce qui est juste. Un Homme meurt lorsqu’il refuse de se battre pour la justice. Un Homme meurt lorsqu’il refuse de prendre position pour ce qui est vrai ». Roger était vivant, Roger a toujours été vivant. Roger vient juste de changer son lieu d’expressivité.

Roger, il y a un mois, exactement le Lundi 15 mars 2021 au crépuscule, ton souffle a fait défaut, ton souffle s’est rompu, sur cette terre qui nous fait vivre actuellement un moment trouble. Ce souffle a cru nous séparer, mais comme le disait Birago Diop, que tu rejoins chez nos ancêtres, dans son célèbre poème Souffles, poème que tous les écoliers africains connaissent ou doivent connaître par cœur :

« Ceux qui sont morts ne sont jamais partis.
Ils sont dans l'ombre qui s'éclaire
et dans l'ombre qui s'épaissit,
les morts ne sont pas sous la terre :
ils sont dans l'arbre qui frémit,
ils sont dans le bois qui gémit,
ils sont dans l'eau qui coule,
ils sont dans l'eau qui dort,
ils sont dans la case,
ils sont dans la foule,
les morts ne sont pas morts. » Birago Diop (poète malien)

Comment croire que tu sois parti, quand autour de moi, quand autour de nous, je vois, nous voyons, Ashley, Rita, Ingrid et Stéphane, à qui tu as tant apporté, à qui tu viens de transmettre ton bâton de pèlerin sur terre. Je sais, nous savons, qu’ils sauront être dignes de multiples valeurs que tu as sues, que tu as pues leur inculquer : re-citons ici ta foi chrétienne, ton intégrité au juste, ton investissement au travail, et plus encore ton amour de la famille, de ton pays, et de ta région.
Ashley, Rita, Ingrid et Stéphane sont les fleurs du printemps, qui sauront faire resplendir l’arbre, les arbres que tu as contribués à bâtir dans ce beau pays. Nous continuerons à les guider vers cet épanouissement, nous les aiderons à rester unis, cette unité qui est la clé de voûte d’une vie paisible, d’une vie en harmonie.

Cher Roger, Madame le Maire, comme tu aimais à l’appeler, celle qui embellit mon arbre, celle qui embellit l’arbre de la famille, se joint à moi, pour te dire Merci, Merci pour tout, Merci pour ces moments de communion, ces moments de vie. Vas-y, Frangin.

A toi qui me lis à haute voix, à toi qui as fait écho en distanciel de mes pensées enfouies, à tout ce public, à toutes ces personnes de l’arbre de Roger, présentes ici à Tsèla, je te dis « Ngue Ping », « Ga Ping » (merci) pour cette mission.

Je finirais avec ces mots de Ray Charles : « Pleurer a toujours été pour moi un moyen de sortir les choses profondément enfouies. Quand je chante, je pleure souvent. Pleurer, c’est ressentir, c’est être humain. » (Ray Charles). Alors Chantons, oui Chantons pour nous, Chantons pour Roger, Chantons pour Louis Serge Mathias, Chantons pour la joie, Chantons pour être heureux, Chantons Sa chanson, comme me l’a rappelé mon monseigneur Ingrid Bernadette Wouking :

« Au ciel au ciel au ciel j’irai là-bas un jour
Au ciel au ciel au ciel j’irai là-bas un jour »

A bientôt, mon cher délégué, mon cher Roger.
Posted by Stephane FOHOM on April 11, 2021
Tonton Roger, je n'arrive pas à écrire 2 mots sur cette page en ta mémoire car je ne réalise toujours pas que je ne vais pas te revoir à mon prochain passage à Baf. Et je n'arrive pas à penser à toi au passé car tu seras éternellement présent dans nos esprits par la vie et les enseignements que tu nous as procurés.

Va et repose en paix, Passes le bonjour à nos proches partis trop tôt et prépares nous le chemin
his Life

Parcours académique

  • Né en Décembre 1966 à Douala, 
  • Baccalauréat option Mathématiques et Sciences de la nature en Juillet 1986 au lycéé Général Leclerc de Yaoundé.
  • Ingénieur Agro-économiste formé à l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie du Cameroun de 1986-1991

Parcours professionnel

  • Démarre à la station de recherche IRA-BAMBUI dans le Nord-Ouest en Février 1992,
  • Poursuit à la division économique du Nord-Ouest de Novembre 2000 à Décembre 2005.
  • Dès Janvier 2006 ,rejoins le centre de recherche et de l’innovation de la région de l’Ouest
  • Septembre 2006, délégué départemental du MINPLAPDAT dans le département du Koung-Khi, 
  • Confirmé en Octobre 2010 comme délégué départemental du MINEPAT Koung-Khi  (Dès juillet 2008 le MINPLAPDAT devient MINEPAT)
  • Mai 2013 départ pour le département des Bamboutos toujours comme délégué départemental.
  • Depuis le mois de mars 2016, délégué régional de l’Economie pour la région de l’Ouest.
Recent stories
Shared by Suzie Yawat on March 19, 2021
Roger,
  ** Première rencontre en 2004, sur le site de l’UCL à Bruxelles...tu arrivais de Russie.Flo n’étant pas disponible ( stage ), je t’ai accueilli dans mon studio d’étudiante. Les présentations faites, on a ensuite discuté comme de vieilles connaissances... On déjeuné en attendant Flo..
     **Elle est arrivée, on a pris le métro à Stockel et nous sommes rendus à son appartement à quelques kms du campus universitaire. Toute à sa joie de te retrouver, elle nous a préparé un festin....!Je crois que Carine nous avait rejoint...,
**La vie a ensuite suivi son cours pour chacun de nous...Même sans te voir, j’ai été au courant, par Flo, de ton mariage avec Eulalie, de la naissance de vos enfants, de ton ascension professionnelle....
** Et puis, on s’est revus aux obsèques de Maman Marie en Mai 2016, à Bapa,aux Obsèques de Mamie Lydie, ma belle mère en Mai 2019 à Bangoulap...
*** Et puis, et puis, ce message,ô combien sidérant,envoyé par Flo ce 15 Mars 2021... Ô mon Dieu..!!!! Je n’en reviens toujours pas..!!
***Aussi pénible soit le fait d’accepter ta définitive absence, je te souhaite un doux départ vers l’éternité...
Sentiments affectueux pour ta famille.
SY