Farewell good friend

Shared by Harry Birnholz on 30th December 2018

Prior to leaving Conakry Guinea in the summer of 2002 my friend and cycling companion Jean Luc Imhoff insisted that I meet a very special Tdh colleague , Vincent Tournecouillert, when I moved to Tirana Albania. Little did I know that Vincent and I would become the best of friends and eventually collaborators in succcessful child  anti trafficking programs done in partnership by both USAID and Tdh.

Jean Luc did not alert me to the sophisticated culinary tatstes and skills in the kitchen, nor did he alert me to the likelihood that I would find myself enjoying a full late night snack at 3 in the morning with Vincent, whether it was in Albania, Macedonia, Hungary, France, Morocco, Jordan or Washington DC ,Vincent and I enjoyed great moments of comraderie and culinary delights,

I don't  know what came first, the friendship or the mutual professional respect,that led to the two of us to dare to imagine that we could securethe support (and  money in my case)  from our respective organizations to design and then secure financing to implement the largest child anti trafficking initiative in the Balkans. These were exciting times where we brought together incredibly talented people to implement a very meaningful and successful program.

I will never forget the day that Vincent, together with several young victims of trafficking, was invited to brief the US ambassador and his country team about trafficking in Albania. In his very direct and convincing style, he brought the harsh realities of what these children had endured to the persons with power and influence  that would become his allies and staunch supporters for the work that he and Tdh were doing in Albania.

That was all the work side; but more importantly Vincent was a dear friend. After svereal years together in Albania, several years later we found ourselves together again in Rabat Morocco. There I experienced Vincent’s latest cooking technique, using a hairdryer to keep a charcoal barbecue going. I spent countless Sunday afternoons at his house on the beach, times when we both opened our hearts to the challenges life had thrown at us and enjoying a very dear and mutually appreciated friendship. 

I will miss Vincent; the glass of life seems less full without him here to enjoy with




Mission en Albanie

Shared by Amandine Garrier on 11th December 2018

C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris le décès de Vincent Tournecuillert. Tout juste sortie des études, j'avais eu l'incroyable chance de participer à une mission en Albanie avec Terre des Hommes. Auprès des équipes alors dirigées par Vincent, j'avais vécu quelques semaines extraordinaires, riches d'enseignements sur l'engagement et plus généralement sur les parcours de vie. Son encadrement, son partage d'expérience et sa sensibilité m'avaient permis d'ouvrir la porte sur ce monde si particulier et de comprendre les mécanismes qui conduisaient au trafic d'enfants. Cette expérience à ses côtés restera marquée profondément dans mes souvenirs. Une forte pensée pour sa famille que j'avais également croisée à Elbasan.

Shared by Andrea Kundig on 4th December 2018

Cher Vincent,

Il y a de cela quelques semaines seulement, nous avons levé notre verre à ta santé avec un grand sourire sur un balcon de Genève et nous t'en avions envoyé la photo. C'était un début de soirée d'été, le soleil brillait encore, et depuis la Suisse nous étions tout sourire en pensant à toi et d'autres collègues proches de notre coeur. On se réjouissait de te revoir sous peu.

A Lausanne et Amman pour des réunions de travail, au Caire pour apprendre à tutoyer Omar Khayyam, à Genève pour déguster une Tartiflette: nous nous sommes croisés à de nombreux carrefours. Aucun de ceux-ci n'ont été des lieux communs, pas une once de fadeur dans l'air. Que ce soit pour rire ou grommeler, ton bagout remplissait la pièce. Ton engagement, ta franchise, étaient connus de tous ceux qui ont eu la chance de travailler avec toi.

Bon sang Vincent, tu vas manquer à tant de monde! On pense fort à ta famille et à tes enfants dont tu étais bien fier.

Vincent, on lèvera toujours notre verre 'à la bonne tienne' comme on dit par ici, avec maintenant de la tristesse mêlée au grand sourire. A jamais dans nos coeurs,

On t'embrasse,

Maïté et Andréa

Shared by Margaret Tuite on 2nd December 2018

To Vincent's family:

I was very sad to hear about Vincent's death and I am thinking of you all.  Vincent stood out in the broader child rights community as one of those people who really cared and was very committed to the cause of children's rights.  He will be sorely missed.  My condolences.

Special friend

Shared by Judit Nemth-Almasi on 30th November 2018

Dearest Vincent,

I find it very hard to write you this...and I wish I never had to. I have known you for ten years, as you hired me for a job in Budapest! We discovered there were only 4 days between our birthdays:-).

You were a wonderful boss, but much more than that, we became true friends as well. I admired how you saw the talent in people, how you nurtured that talent and let people try themselves, while you were protecting the space for them to do that. You could be very angry as well, or I would say very passionate, because it was always for a good cause, for an approach you believed in, for the protection of children! You could fight like a lion but never for yourself, but for the good of others!

I followed your career after Budapest and was very much rooting for you and Zsofi:-). I was most honoured when you asked me to be your witness at your wedding! I was touched and so happy to be able to witness this uplifting event, when two of my dear friends tied the knot. 

It was pure joy to have you back in Budapest: while we were working on different programs, you on migration, me more on protection, we always appreciated any opportunity to work together: we recently travelled to Thessaloniki, and I remember how we promised to each other, that we would make sure we have such events each year, as we found it so valuable to have this time together to discuss.  Should I say I am angry you cannot fulfil our promise?

We will keep your memory, but not only the souvenir of your wonderful, warm, bouncy personality, but also your passion for humanitarian issues! I can only hope, that we can live up to the high standard you have set for us!!!!!!!!! Bye Vincent, let love and peace guide your way.


In memory of Vincent Tournecuillert

Shared by Rania Ali on 29th November 2018

My dear Vincent, 

My heart aches as I had to start this with “ in memory of Vincent Tournecuillert “. You gave me a fatherly figure as I was away from my true family, and for that i’m ever so grateful. Your beautiful spirit and your bubbly energy will stay with me forever. Your good deeds and hard work will be remembered by everyone you met as youtouched their souls with your kindness and pure heart. And you will always have your special place in my heart and I will never forget your support, our last words or all the fun we had together. 

You’re forever missed 

Rest In Peace 


And to Julien, Antoineand Lili,

Your father was truly a great man, you can be proud of him. I love you both so much. 

Shared by Lysiane André on 27th November 2018

Dear Vincent's family,

                                    On behalf of Terre des Hommes International  Federation I offer you our most sincere condolences. Vincent was a cornerstone and a driving force of our campaign Destination Unknown.His commitment was faultless. He will stay in our memories as a dedicated , good tempered and nice man. He was sensitive, considerate and gret fun. We will greatly miss him because he was unique . 

                                      With our deepest sympathy

Lysiane André 

Chair of the board of the 

International Federation of 

Terre des Hommes

Migration is Beautiful

Shared by Joseph Aguettant on 26th November 2018

21 novembre, vers 21h00: message aux parents: « Je viens d'apprendre le décès de Vincent. Je suis avec vous Robert et Monique et veux vous dire que nous ne l'oublierons jamais. Sa générosité, son humour, son leadership. Ce fut un vrai leader de sa vie et de celle des autres. Il avait le sens du service et était un vrai 'rouge', bouillonnant, affectueux, dans le relationnel. Nous continuerons son œuvre pour les jeunes migrants et les enfants ».

Depuis le 13 novembre et l’annonce bouleversante de l’accident de Vincent, mes pensées ont été tournées vers l’action – en résumé, coordonner la gestion de crise avec ma collègue Caroline Monin. Nous avons été nombreux à nous mobiliser à Lausanne, à Budapest et partout où Vincent a laissé des marques sur son passage.

Les yeux sur la balle et pleinement dans l’action pour communiquer, accueillir la famille dignement, accomplir les tristes formalités d’usage et coordonner l’équipe, je n’ai pas pris le temps de l’acceptation. De tout simplement reconnaître et assimiler le décès de l’un des nôtres. Et il y a maintenant sa terrible absence du lundi matin, avec un bureau vide.

Hier dimanche, la famille a pu rendre un dernier hommage devant la dépouille de Vincent, à l’Hôpital militaire où il est décédé. Le rapatriement du corps en France va prendre du temps. Le rythme de nos journées, involontairement ralenties par la paperasserie nous rend le temps de la réflexion.

« You are a Great Leader »

Ayant passé ces derniers jours avec Zsófi sa femme, Robert et Monique les parents de Vincent, Pascal son frère, Antoine et Julien ses enfants et Hélène leur mère : je me suis rendu compte à quel point je n’avais fait que gratter la surface de sa personnalité complexe et haute en couleur.J’ignorai par exemple que Vincent avait écrit, dans une autre vie (albanaise) des centaines de poèmes (plus de 500 dit Monique mais elle est un peu du Sud :-) et couché sur la toile des dizaines de peintures à l’acrylique. Homme à la créativité débordante, il était aussi celui de nous tous qui était le plus sensible, le plus « rouge » (par rapport au bleu pragmatique et au vert créatif et visionnaire) c’est-à-dire porté sur les relations interpersonnelles et l’affectif, selon un test de personnalité en couleur fait en équipe en juin dernier.

Tous les participants à cet atelier ont été bluffés par Vincent. Alors que la moitié des collègues avaient les yeux bandés et que les autres étaient des muets qui guidaient les aveugles, sa belle voix grave et chaude avait guidé tout le groupe dans un exercice périlleux, avec un issue incertaine nous avait-on dit. Peu d’équipes réussissent l’exercice. Vincent était peu sûr de lui au début mais il avait gagné en confiance rapidement. L’exercice ô combien épique réussi, il avait accepté les signes d’admiration et de sympathie avec humilité. Lors du débriefing, je lui lance avec émotion: « You are a great leader !».

Je connais Vincent depuis 2007, le temps de la belle moustache et des actions qui avaient fait grand bruit contre les trafiquants d’enfants en Albanie. Vincent, acteur de terrain haut en couleur, à la forte personnalité et tout droit sorti d’un film de Michel Audiard, avait été repéré pour son brio. Il était au Siège, au Mont-sur-Lausanne pour mon premier jour à Terre des hommes. L'existence de cet homme était pour moi la confirmation que Terre des hommes, malgré sa taille (plus modeste à l’époque) pouvait faire de grandes choses. Je l’admirais déjà.

Sa réputation de pionnier l'avait précédé dans la région Europe, que je rejoins en 2011. Mieux connu lors d’une mission d’évaluation interne qu’il a menée à Jérusalem et Gaza, je continue à explorer le bonhomme. Lors de longues discussions chez moi ou au restaurant Azzahra, j’ai mesuré à quel point il était passionné, torturé parfois, inquiet mais surtout extrèmement fier de ses enfants. Nous avons parlé jusqu’au bout de la nuit. Il avait été sensible au charme d’une vue imprenable sur le Dôme du Rocher depuis le Mont des Oliviers. En Jordanie il avait fortement appuyé et enclenché une dynamique régionale, vers plus de décentralisation et de régionalisation auxquelles il croyait fortement. C'était son côté vert, créatif.

En parlant de poèmes il est vrai que si j’avais été plus attentif, j’aurai pu saisir à quel point ses écrits étaient bien calibrés, ses mails bien ciselés, jamais dénués d’humour. Il aimait écrire. Par exemple ce mail d’août dernier où il renvoyait un document : « Ce dossier, sensible s'il en est, s'est égaré un temps dans la vague rouge de Lotus en été... Poésie me direz-vous, et bien non, le document est complété, paraphé et signé. ». Les emails non lus sur Lotus étaient marqués en rouge. 

"Migration is Beautiful"

Comme un lundi matin: aujourd’hui est une de ces journées gris anthracite qui hésite entre automne et hiver, où la pluie ne sait pas si elle deviendra neige. Alors que Colvert a migré sans crier gare vers des prairies plus vertes et des cieux plus cléments, je me rappelle les nombreuses discussions que nous avons eu.

Quelques heures avant son accident, l’après-midi du 13 novembre, nous avons eu notre cours hebdomadaire de Hongrois. Il y a Vincent donc, un autre collègue Sam et le professeur de Hongrois, Tamas, nous sommes dans une petite salle, au bureau. Vincent est hilarant quasi en permanence mais se lâche encore plus pendant ce cours de hongrois qu’il affectionne particulièrement. Et ce jour-là il me fait hurler de rire, comme jamais, avec une blague de potache irrésistible. Voyant l’effet qu’elle procure, que les oreilles chastes ne sauraient entendre, il répète ce bon mot plusieurs fois. Je suis plié de rire pendant 5 bonnes minutes. Le plus dur est de l’expliquer aux non-francophones :-)

C’est mon dernier souvenir de Vincent. Plutôt que des questions de budgets, d’audits ou des sensibilités différentes sur certains dossiers, je me souviendrai de cette faconde, de son esprit libre et frondeur, de son affection pour les siens. Une générosité sans bornes et un sens du service hors du commun. Sa bataille contre la « bête xénophobe » continuera à nous inspirer.

Un homme qui grâce au projet TACT qu’il avait conçu et mis en oeuvre, avait obtenu le prix des droits de l’homme de la République française. Loin de se mettre en avant, il avait envoyé son équipe albanaise recevoir le prix. C'est tout lui.

Jamais je n’oublierai Vincent. Et pendant longtemps, aussi longtemps que nous pourrons, le bureau régional, la Région Europe et Terre des hommes tout entière continuera son œuvre en faveur des enfants et jeunes migrants.

Antoine, Julien et Lili : vous êtes fortement dans mes pensées. Votre père est quelqu’un qui compte beaucoup pour moi, pour Terre des hommes et de nombreux collègues et amis. Il va continuer à nous aider lorsque nous aurons des choix difficiles, et que nous hésiterons entre nos côtés bleu, rouge ou vert. Il sera là pour nous rappeler, et à vous aussi, que ce qui compte dans la vie c’est d’apprendre, toujours apprendre, de développer des connaissances mais aussi de créer des liens forts et de transmettre à d'autres. De ce que j’ai vu de vous, de vos personnalités et de vos potentiels, Il a déjà énormément transmis et continuera à le faire. Nous sommes à vos côtés.

Share a Story

 
Illustrate your story with a picture, music or video (optional):